lundi , 27 février 2017

DERNIERS ARTICLES

« COP 21 : renonçons à sauver l’Arctique en décembre »

21 juillet 2015

Vous avez entendu parler des enjeux qui tournent autour de l’Arctique, de sa fonte, sa préservation, son tourisme, son commerce ? Sûrement. Justine Touboulic explique pourquoi elle pense que la sauvegarde de l’Arctique devrait être supprimée des négociations pour la COP 21.
.

arctique cop 21Certains droits réservés

Ecrit par
Justice Touboulic
Justine Touboulic

zzz

 

En master géopolitique, Justine Touboulic est stagiaire en relations internationales au Conseil départemental du Val-de-Marne.

 

Partons des gaz à effet de serre, qui réchauffent notre douce et belle planète en la polluant, la déforestant (oui c’est un nouveau verbe il faudra vous y faire, la salinisant etc, etc. Ces petits chenapans réchauffent l’atmosphère qui fait fondre nos pôles. Arrêtons-nous là sinon on n’a pas fini.

Bref, l’Arctique fond. A long terme on voit déjà la catastrophe avec une augmentation du niveau de la mer, des réfugiés climatiques (« non, non, non on en veut pas, on est en crise ; ce n’est pas ma faute si la planète meurt, c’est à cause de la Chine, qui ne fait que répondre à ma demande de consommateur effréné, qui en veut plus pour moins chers » « T’inquiète Hubert, la Chine repousse ses usines qui polluent encore plus loin vers l’est, comme ça, il y a moins de gens qui se plaignent ». Ce n’est définitivement pas comme ça que l’on va régler le problème). Bon ok pour la catastrophe à long terme. Le problème c’est que nos sociétés et nos politiques n’en n’ont rien à faire du long terme. Et non.

Donc en fait, la vision à court terme c’est quoi ? C’est assez simple. Si la banquise fond, on a plus facilement accès à ses ressources (il y en a plein des ressources dans le grand nord et si on n’y avait pas encore touché, c’est simplement qu’elles sont encore trop difficile d’accès). Si la banquise fond, on a plus longtemps accès à la route commercial du nord qui fait gagner beaucoup de temps et d’argent car moins de route et moins de détroits à passer – éventuellement on paiera vite-fait des taxes de douanes à la Russie, mais un petit embargo et c’est réglé ! On résume : fonte de l’Arctique = plein de sous ! C’est facile !

Mais comme on ne peut pas expliquer cela aux nigériens du Sahel qui attendent encore leur saison des pluies qui aurait dû commencer le mois dernier, il va falloir se justifier. Donc pour éviter un réchauffement climatique et surtout faire semblant de s’y intéresser, 195 pays du monde font plein de réunions qui aboutissent sur des accords assez peu contraignants. L’opinion publique commence doucement à expliquer à son gouvernement qu’il va falloir peut-être éventuellement faire un petit quelque chose dans ce sens, mais attention sans augmenter les impôts. On est en crise garçon, débrouille-toi. Donc dans cette vision, nos gouvernants ont décidé d’accueillir en décembre prochain au Bourget, plus de 40 000 participants qui vont venir se monter … pardon, négocier un accord devant contenir le réchauffement climatique à 2°C. Cette 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 – soit COP 21 – est d’ores et déjà vouée à l’échec.

Pessimiste dites-vous ? Peut-être. Ceci-dit pourquoi ce sommet serait-il différent des autres : Kyoto, Doha et Lima ont quand même été plus ou moins des échecs. Mais plus encore, les enjeux de l’Arctique font partis des négociations qui auront lieues lors de la COP21, vous savez, l’accord contraignant que 195 pays doivent signer… Alors que certains pays se battent déjà pour planter leur jolis drapeaux sur les fonds sous-marins du Nord, comment voulez-vous qu’autant de pays se mettent d’accord sur un accord, contraignant je répète, alors qu’ils engagent déjà une bataille diplomatique pour la route de l’Arctique.

Je n’ai pas beaucoup de solutions à proposer, ceci-dit, l’Arctique ne fond pas à cause de l’extraction de ses ressources (pas encore), l’Arctique ne fond pas car plus de navires naviguent plus longtemps sur la route du nord, l’Arctique ne fond pas parce que le tourisme augmente dans cette zone. L’arctique fond car au milieu du Xinjiang des usines de charbon sont encore à ciel ouvert. L’arctique fond car l’urbanisme se développe furieusement. L’arctique fond car vous et moi préférons la climatisation de notre voiture au diesel plutôt que le métro bondé.

Retirez-donc les négociations sur l’Arctique de la COP21 pour laisser une chance à nos petits-enfants de jouir d’un semblant d’accord qui aurait commencé à germer en décembre 2015 au Bourget.
.

__________twitter partagefacebook partage
.

ter

scroll to top