lundi , 27 février 2017

DERNIERS ARTICLES

Coupe du monde de rugby 2015 : les 6 événements à retenir

31 octobre 2015

Après six semaines de compétition intense le rideau se tire sur la Coupe du monde de rugby organisée en Angleterre. Ce samedi aura lieu la finale qui verra s’opposer les deux titans de l’hémisphère sud : la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Ewen Renou vous propose de revenir sur les événements marquants et de tirer les conclusions de cette huitième édition.
.

Coupe du monde de rugby 2015 couv site

Ecrit par
Ewen Renou
miniature ewen renou article Coupe du monde de rugby


z

 

blancÉtudiant à l’Académie de l’ESJ Lille et en licence d’histoire, féru de sport et plus particulièrement de rugby depuis le plus jeune âge.

 

 

blancblancS’il y a bien une chose à retenir des phases poules de la Coupe du monde de rugby 2015, c’est bien l’élimination de l’Angleterre. Placé parmi les favoris de son mondial derrière la Nouvelle-Zélande et l’Australie, le quinze de la rose a déçu. Après une bonne entrée dans le tournoi, concrétisée par une victoire bonifiée face aux Fidji, les anglais ont craqué dès la semaine suivante. Un match face au Pays de Galles qui a fait couler beaucoup d’encre. Et pour cause, à 10 minutes du terme de la partie les hommes de Lancaster menaient de 7 longueurs. Une erreur tactique du capitaine Chris Robshaw qui, à la toute fin du match, au lieu de prendre les points aux pieds pour revenir à hauteur des Gallois, décide de taper en touche.

Malgré cette défaite surprise sur le score de 28 à 25, tous les espoirs étaient encore permis pour les hommes de sa majesté. Mais la défaite, lors du choc tant attendu face aux Australiens, vient crucifier les Anglais qui sont officiellement éliminés de leur mondial. Les hommes du quinze de la rose quittent la compétition par la petite porte mais rentrent quand même dans l’histoire en étant le premier pays organisateur éliminé dès les phases de poules.
.
.

.
.
blancblancLa suprématie des sudistes

L’enseignement majeur de cette Coupe du monde de rugby est bien la domination des nations du sud sur celle du vieux continent. Le preuve de cette supériorité est la composition du dernier carré avec la présence des quatre équipes du Four Nations (l’Afrique du Sud, l’Argentine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande). C’est la première fois dans un mondial qu’aucune équipe européenne n’atteint les demi-finales. Même l’Irlande double tenante du titre du Tournoi des Six Nations n’a pas réussi à venir à bout de l’Argentine.

Pourtant favoris de ce match les Irlandais se sont inclinés sur le score lourd de 43 à 20. Seuls le Pays de Galles et l’Écosse ont rendu une copie encourageante. Les premiers en s’inclinant (23 à 19) dans les dernières minutes du match après avoir mené une grande majorité de la partie. Et les seconds, dans un match fou, ont longtemps fait douter les Australiens avant de perdre d’un petit point dans les derniers instants de la rencontre. Une remise en question des championnats respectifs et de l’European Rugby Champions Cup est nécessaire pour ne pas connaître la même désillusion dans quatre ans.
.
.
blancblancL’exploit japonais

Depuis l’arrivée du sélectionneur australien Eddie Jones, en 2012, on savait l’équipe nippone en progression. Mais de là à les voir battre l’Afrique du Sud, il y avait une marge. Et pourtant le 19 septembre restera comme une date historique pour le rugby japonais. Avec un jeu offensif basé sur la vitesse d’exécution, les Japonais ont réussi à venir à bout d’une équipe sud-africaine un peu timorée. Mais cela n’enlève rien au succès nippon sur le score fleuve de 34 à 32. Un exploit qui ne leur a pourtant pas ouvert la voie des quarts de finale de la Coupe du monde de rugby 2015.

Cette victoire plus qu’encourageante leur permet de percevoir un avenir radieux avec en ligne de mire le mondial 2019 qui se déroulera chez eux. Le match contre les Samoa a été suivi par près de 25 millions de Japonais, preuve d’un engouement naissant pour ce sport au pays du soleil levant.
.
.

.
.
blancblancLe naufrage français

Après trois années d’ennui et de déception, le mandat de Philippe Saint André à la tête du quinze de France s’est fini en apothéose. Ce samedi 17 septembre 2015 restera comme un jour noir dans l’histoire du rugby français avec cette très large défaite face à l’ogre néo-zélandais. Les Français n’ont résisté qu’une vingtaine de minutes avant d’encaisser une pluie d’essais. Neuf au total pour un score final de 62 à 13. Louis Picamoles, auteur d’un très bon mondial, a inscrit le seul essai français.

Après cette déroute lors de la Coupe du monde de rugby, les langues françaises ont commencé à se délier. Avec en tête Pascal Papé. Ce dernier avoue que cela fait 5 ans que l’équipe de France est en difficulté et demande aux instances du rugby français de prendre leurs responsabilités. On souhaite bon courage à Guy Novès, le successeur de PSA, qui en aura bien besoin pour remettre à flot l’équipe tricolore.
.
.

.
.
blancblancLes « petites » équipes défavorisées

Une des ombres au tableau de ce mondial anglais est le traitement accordé aux «petites» nations par la World Rugby. Avec un calendrier qui leur était souvent défavorable. Les Japonais ont dû remettre le couvert face à l’Écosse seulement quatre jours après leur exploit face à l’Afrique du Sud. Un délai de récupération insuffisant quand on connaît l’intensité des matchs de haut niveau. A l’instar de la Roumanie ou de la Namibie, les Nippons n’ont pas été les seuls à pâtir de cette organisation. Mais ces deux matchs rapprochés ne leurs ont pas permis de mettre toutes les chances de leur côté pour accéder aux quarts de finale de la Coupe du monde de rugby.
.
.
blancblancLe plus bel essai de cette Coupe du monde de rugby

Il est l’œuvre du fidjien Vereniki Goneva, après une remontée fantastique de plus de 80 mètres Ce mouvement collectif fait de passes après de contact et de prises d’intervalles est le témoin des ambitions offensives des Flying Fidjians dans ce mondial. Malgré ce sublime essai, les fidjiens se sont inclinés 23 à 13 face aux Gallois.
.
.

.
.
__________________________twitter partagefacebook partage

scroll to top