lundi , 27 février 2017

DERNIERS ARTICLES

Le droit des affaires à l’heure du numérique

21 juin 2016

Comment le droit des affaires évolue-t-il à l’ère du numérique ? Marc Santoni, avocat d’affaires, était en masterclass Regards d’Etudiants – Le Petit Juriste. Il répond à ce sujet.

. .

.

blancblanc

« Grâce au numérique, on va pouvoir offrir des prestations assez standardisées à des clients. Ça va provoquer une baisse énorme du chiffre d’affaire de certaines activités, notamment de ce que j’appelle « papier ». Nous allons vendre beaucoup plus de valeur ajoutée mais beaucoup moins de prestations.

Cette activité va à la fois connaître un renouveau fantastique. Elle va d’abord faire appel à des gens orientés vers le numérique. Et il va falloir traiter la relation de la petite valeur ajoutée quand le client sur le numérique aura le modèle standard B43 de son problème et qu’il va peut-être falloir un petit peu adapter. La plate-forme va sûrement l’orienter vers un avocat. Il aura comme un nouveau monde dans lequel, aujourd’hui, tout le monde est complètement béotien, y compris nos ordres.
Mais il faut que vous vous mettiez à réfléchir, à ce sujet qui va vous occuper très très vite. Dans ma spécialité, la restructuration n’est pas quelque chose qu’on met en ligne, c’est toujours très compliqué.

Je peux vous dire qu’il y a déjà des cabinets qui proposent des forfaits pour un dépôt de bilan standardisé. Le client a des cases, il les remplit, il arrive 5 secondes avant la chambre du conseil, il y a un avocat qui est là et qui lui fait son audience. C’est à la fois du low-cost pour le client, une sorte de guide de la pratique. Mais vous imaginez tout de suite les dangers d’un tel système, vous pouvez évidemment passer à coté du vrai sujet de l’entreprise, et donc il va falloir qu’on réfléchisse beaucoup sur les traitements des clients à travers le numérique. Mais ça va arriver, je n’ai pas envie de vous dire dans les prochaines semaines, mais dans les prochains mois.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui, je ne sais pas si on vous enseigne des principes là-dessus, vous avez déjà des plate-formes qui se créent, avec ou sans avocats, ce qui pour le coup peut causer des problèmes, et vous allez devoir affronter cela. C’est à la fois dangereux et intéressant. Dangereux parce qu’encore une fois, on est censé vendre de la valeur ajoutée. Et là, au démarrage, il y a très peu de valeur ajoutée. Il y a de la standardisation sans valeur ajoutée. En revanche, c’est passionnant car c’est un nouveau produit, et comme tout nouveau produit, il va falloir s’en emparer. On ne sait pas très bien aujourd’hui si une réglementation va intervenir en la matière mais, moi, si j’étais parmi vous aujourd’hui, je passerai un tiers de mon temps sur le sujet parce que c’est le sujet de demain. »

.

Animation : Quentin Chatelier
Réalisation / montage : Fabien Chatelier / Valentin Chatelier

.d
___________________________twitter partagefacebook partage

scroll to top