lundi , 27 février 2017

DERNIERS ARTICLES

Egypte : une révolution pour rien ?

En 2011, l’Egypte était l’un des premiers pays à connaître ce qui sera appelé par la suite “le printemps arabe”. Hosni Moubarak fut destitué par une foule considérable demandant son départ et la fin du régime autoritaire qu’il représentait. Des élections furent organisées et un élan d’espoir vers une transition démocratique gagna l’ensemble du pays.

L’après Moubarak est synonyme de la victoire des Frères Musulmans aux élections organisées en 2012, permettant à Mohamed Morsi d’accéder à la présidence. Le vieux parti islamiste réussit à obtenir par les urnes les rênes du pays. Un an plus tard, devant un virage religieux très prononcé, des mesures prises par le nouveau gouvernement et une situation économique de plus en plus difficile, les égyptiens retournèrent dans la rue pour demander le départ de Morsi. L’armée intervint alors pour reprendre le pouvoir. Le general Al-Sissi, élu en 2014, est depuis considéré par certains comme un rempart indispensable contre le terrorisme, quand d’autres considèrent qu’il est le symbole de la reprise en main autoritaire de l’Egypte.

Une transition démocratique est-elle encore possible ? L’Egypte de 2016 est-elle la même que celle de 2010 ? Les Frères Musulmans sont-ils encore en vie ? Quelle est la situation politique aujourd’hui en Egypte ?

L’INTERVENANT

Marc Lavergne est un spécialiste de l’Egypte. Ce directeur de recherche au CNRS, fin connaisseur de l’Afrique du Nord et de l’Est, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’Egypte, que ce soit avant la révolution de 2011 avec “Chroniques égyptiennes” ou 2 ans après avec “L’emergence d’une nouvelle scène politique” et “Une société en quête d’avenir”, pour en évaluer les impacts.

. .

___________________________twitter partagefacebook partage

Animation du débat : Yaëlle Reynaud
Montage : Fabien Chatelier

scroll to top